Les joies d’être maman #21 : 8 conseils pour mieux gérer le « burn out parental »

cinq conseils pour gérer le burn out parental

Coucou tout le monde!

On aura beau dire ce que l’on veut, le métier de parents reste le plus dur qui soit!

Ca vous est déjà arrivé de vous sentir dépassé par cet enchaînement de montagnes russes?

D’avoir envie de faire votre valise et de laisser votre enfant en plan, au beau milieu de ses jouets, pendant que vous prenez la poudre d’escampette pour une virée aux Bahamas?

D’être à bout de nerfs, en ayant l’impression que vous allez pêter un câble si les choses ne se déroulent pas comme prévu?

Ou bien, de vous sentir comme agressé par le son qui sort de la bouche de votre (vos) enfant(s) ou par ses gestes dès qu’il(s) s’approche(nt) de vous?

Vous vous sentez déprimés, fatigués et vous sentez que vous avez besoin de vous éloigner de votre enfant parce que tout à coup, il menace votre équilibre personnel, psychologique et moral?

Et si vous faisiez face à un Burn out parental?

Qu’est-ce que le burn out parental?

Description

Vous connaissez sans aucun doute le burn out professionnel, dont on entend parler assez souvent et qui se manifeste par un stade de stress et de pression au travail qui nous dépasse et que nous ne sommes pas capables de gérer. Mais combien d’entre vous ont déjà entendu parler du burn out parental?

Le burn out parental est pourtant une réalité très présente dans notre société où les parents sont obligés d’assurer sur tous les fronts : travail, enfants, vie sociale… Il n’est pas possible de réussir à atteindre la perfection dans chacun de ses domaines en même temps! Nous sommes submergés par des obligations chaque jour plus envahissantes et la sphère familiale n’y échappe pas! On cherche à tout contrôler pour faire au mieux et que l’on finit par s’épuiser à la tâche.

Et un jour, sans que l’on s’en rende trop compte, on a envie de jeter l’éponge! On a l’impression d’être complètement à côté de la plaque et de ne plus se retrouver!

Les signes

Si vous ressentez ces effets chez vous, il y a des chances pour que vous fassiez face à un burn out parental :

fatigue physique et psychologique intense

-réactions spontanées violentes

-irritabilité, à bout de nerfs

-déprime

prise de distance avec votre enfant, manque de volonté pour s’investir auprès de lui

signes du corps (vous notez l’apparition de symptômes inhabituels)

-troubles du sommeil

-besoin d’évasion dans des activités ou addictions

-baisse de libido

Mes 8 conseils pour mieux gérer le burn out parental

Evidemment, si je vous parle aujourd’hui du burn out parental, c’est parce que j’en subis les effets depuis plusieurs semaines… Ca a commencé il y a plus d’un mois, lorsque mon fils de 2 ans et demi a décidé de ne plus faire la sieste. Crises de refus et batailles quotidiennes sont devenus mon lot quotidien car je souhaitais à tout prix qu’il puisse se reposer (à son âge, la sieste est vitale).

Au final, notre relation mère-fils en a pâti car je n’avais plus de temps à me consacrer et être plus disponible pour lui (la sieste est véritablement une pause salvatrice pour les parents!) et je me sentais « envahie » par sa présence. Je le fuyais, passais moins de temps avec lui et je commençais à penser que je n’étais pas normale.

Il n’y a que très récemment que j’ai découvert que je commençais à faire un burn out parental. Je vous confie donc mes 8 conseils pour réussir à mieux appréhender ce moment!

Mes conseils pour vous détendre en cas de crise

Conseil n°1

Méditer dès le réveil, chaque matin, en prenant des inspirations profondes permet de se détendre profondément. Cette technique permet de se vider l’esprit de tout ce qui peut nous passer par la tête et de commencer la journée comme si commencions une page blanche.

Conseil n°2

Si vous sentez que vous approchez de votre limite de patience et que vous êtes sur le point de craquer, je vous conseille de fermer les yeux et de respirer profondément et aussi calmement que vous le pouvez. Cela fera redescendre un peu la pression et vous laissera le temps de réfléchir à une alternative pour gérer la situation en cours.

Conseil n°3

Si vous en ressentez le besoin, cherchez un exutoire à votre colère. Vous pouvez frapper dans un punching ball, aller crier dans la forêt ou encore courir ; tout ce qui pourra vous libérer de vos émotions négatives.

Mes conseils pratiques pour mettre fin au burn out

Conseil n°4

Il vous faut définir vos émotions et accepter que vous n’allez pas bien. Faire un constat des lieux en quelque sorte! Prenez le temps de revoir mentalement votre comportement des semaines passées et de voir les points de la liste ci-dessus qui vous parlent. Conscientiser son attitude et son moral est un premier pas important car il permet de rechercher les solutions possibles pour la suite!

Conseil n°5

En parler autour de vous! Aussi effrayant que cela puisse paraître, se confier sur ses pensées ou son comportement négatif envers son enfant avec d’autres mères permet de déculpabiliser, car vous verrez rapidement que vous êtes loin d’être la seule dans cette situation 🙂

Conseil n°6

Déléguer lorsque cela est possible. Si votre mari et votre famille sont prêts à prendre en charge votre enfant, alors profitez-en! Prenez le temps de souffler, le temps de prendre soin de vous, pour être plus disponible par la suite.

Conseil n°7

Lâcher prise. C’est toujours plus facile à dire qu’à faire, mais si ça ne va pas, que vous vous retrouvez bloquée dans une situation, au lieu de continuer à vous battre pour obtenir ce que vous voulez, respirez un grand coup et lâchez tout! Laissez les choses se faire, acceptez qu’elles ne se fassent pas de la manière dont vous vous attendiez et faites avec la situation qui s’offre à vous.

Conseil n°8

Passer du temps de qualité avec son enfant. Je sais que plus haut, je vous conseille de passer du temps avec vous-même, mais lorsque vous serez prête, essayez de renouer avec votre enfant en partageant un moment qui vous plaira à tous les deux. Premièrement, parce que votre enfant sera plus qu’heureux de retrouver votre attention! Et ensuite parce que créer de bons moments avec lui rendra plus supportable les quelques minutes de crise qui pourraient survenir plus tard 🙂

Voilà, ce n’est pas un article très gai pour une fois, mais lorsque je trouve qu’un sujet comme celui-ci ou comme la krouomanie ou la discrimination des femmes enceintes n’est pas assez partagé, je trouve qu’il est indispensable pour moi d’en parler, afin que nous puissions nous entraider, nous conseiller et retrouver le sourire 😀

Je vous dis à très bientôt sur le blog ou les réseaux!!

Héloïse

Publicités

38 réflexions sur “Les joies d’être maman #21 : 8 conseils pour mieux gérer le « burn out parental »

  1. Coucou
    C’est bien de parler de ca !!! Je suis constamment sur le fil du rasoir avec ce burn out, j’en parle souvent à mon médecin quand je sens que la marmite ne gère plus la pression… je suis mère au foyer par « obligation » se serait vraiment trop long à expliquer, ma deuxième m’e fait souvent voir de toute les couleurs, et je dois dire que je me retrouve dans tous ce que tu dis, et nous appliquons les mêmes techniques pour s’en sortir meme si moi je demande par moment l’aide à mon médecin !!! Bises

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton témoignage Aude! C’est tellement rassurant de savoir que je ne suis pas seule dans cette situation! Les enfants sont un vrai bonheur, mais ils savent également comment nous rendre folles parfois, pas vrai?^^ C’est une très bonne initiative d’en parler à ton médecin je trouve! trouver du soutien est une part importante pour continuer à tenir le coup 🙂 Je te souhaite une belle journée! Bises

      Aimé par 1 personne

  2. Coucou ma belle,
    C’est vrai qu’être parents c’est pas toujours simple ! Voilà de très bons conseils car lâcher prise est souvent essentiel (mais difficile^^).
    Plein de bisous à toi et un bon week-end ❤

    Aimé par 1 personne

  3. Coucou Héloïse,
    J’ai rencontré des proches qui ont eu ces soucis et comme il y a un espèce de tabou autour de tout ça il y avait beaucoup de non dit. Comme tu le dis, réussir à en parler autour de soi est déjà une bonne chose et permet de se sentir moins seul.
    je n’hésiterai pas à partager ton article autour de moi 😉
    Belle soirée

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire et ton soutien Clémentine!! c’est vrai qu’en parler fait une grosse part du travail pour avancer et depuis que j’ai écris cet article, je me sens déjà mieux^^ j’espère qu’il pourra aider les personnes autour de toi 🙂 Passe une bonne journée!

      J'aime

  4. Super cet article, c’est vrai qu’on ne dit pas assez à quel point être parent apporte énormément de bonheur et de joie mais aussi beaucoup de fatigue, de tension, d’inquiétudes et j’en passe ! Et je crois qu’on ne s’en rend vraiment compte qu’une fois que bébé est là 🙂 Parler et déléguer me semble vraiment les points les plus importants, et aussi cesser de vouloir être « parfait » et accepter nos petites erreurs ! On se met trop de pression je trouve pour correspondre à une sorte d’idéal, alors que nos enfants n’en demandent pas tant et ont surtout besoin de parents heureux et sereins !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire et ton soutien Henja!! C’est vrai qu’être parents, c’est un peu les montagnes russes! Pour moi, faire cet article a vraiment permis de désamorcer les choses. Comme tu le dis bien, en parler, est primordial 🙂 et arrêter de se prendre la tête aussi je pense^^
      Passe une bonne journée!!

      J'aime

  5. Je ne souhaite pas avoir d’enfants pour le moment mais j’en parle beaucoup avec celles qui en ont autour de moi et je me souviens de cette soirée où j’ai demandé à une mère si elle n’en avait pas marre (mais genre bien bien marre) parfois… Je n’ose même pas retranscrire la réponse 😀 Mais de là d’autres mères sont venues et les confidences m’ont fait méga poiler !
    J’y pense parfois et la grande indépendante que je suis craint un jour de se retrouver face à ces émotions !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ce partage Nadia 🙂 j’imagine bien la réponse de ces mamans^^ c’est vrai qu’en devenant mère, il y a toujours des moments où l’on regrette un peu l’indépendance que l’on avait avant! Heureusement, il y a énormément de bonheur à avoir un enfant, mais par périodes, il arrive que les mauvais moments soient un peu plus nombreux! Il faut apprendre à gérer les émotions de son enfant et les siennes en même temps, ce n’est pas évident^^ Mais j’ai cru entendre parler de jumeaux à venir dans une conversation récente, haha! il faut que tu fasses gaffe! Bisous et bon voyage!!

      J'aime

  6. Très bel article plein de sincérité. Je suis passée par là et puis il y a des rechutes d’ailleurs. Et je trouve tes conseils très pertinents. Je reviendrais lire ton article quand je suis dans un moment moins… Je trouve très beau que tu partages cela car comme tu le dis ca peut déculpabiliser, aider et c’est tellement important de s’entraider 🙂 Merci!!

    Aimé par 1 personne

      1. Un grand merci à toi Marie pour ta gentillesse 😀 J’ai plutôt l’impression d’être celle qui cherche de l’aide^^ bloguer sur ces sujets est ma façon de trouver des solutions et au passage, je me dis toujours que si les conseils et mes expériences peuvent servir à d’autres, alors c’est ma part pour les aider 🙂

        Aimé par 1 personne

  7. « Se sentir envahie » par la présence de son enfant… c’est tellement ça… et on culpabilise de ce sentiment, car on s’imagine que puisque l’on aime son enfant, ce n’est pas normal de vivre sa présence ou ses sollicitations comme une « agression »… et pourtant, quand on est à bout, ou proche de ses limites, on ne supporte pas forcément bien cela… cet article me parle tellement….merci ! Ce qui m’aide c’est d’accepter l’incohérence : j’aime mes enfants, mais en ce moment, j’ai juste envie (besoin!) d’être seule, au calme, d’avoir du silence et du temps pour moi… et c’est OK, je suis humaine aussi. Si mes besoins de calme et de solitude ne sont jamais comblés, il est normal que je fatigue et que je sois moins disponible…

    Par contre , j’aimerai bien que les solutions pour sortir de cette mauvaise spirales soient simples à mettre en place ! Parceque se dégager du temps seule ou en couple, avec 2 petits en bas âge, c’est un challenge en soi !!!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton long commentaire! Je suis très touchée par tes mots et je comprends à quel point c’est difficile comme tu dis de prendre du temps pour soi! Parfois, on aurait besoin d’une semaine complète pour pouvoir se sentir prêtes à être ouverte et disponibles^^ dommage que ce soit plus compliqué que cela! Tu as tout à fait raison, on aimerait bien que nos besoins à nous aussi soient compris et comptent!! si un jour j’ai une solution miracle, vous seriez les premières à le savoir sur le blog, parce que moi aussi je rame^^

      J'aime

  8. Coucou
    C’est un sujet peu abordé, autant on parle du burn out du travail, autant on n’en parle pas en tant que parent et pourtant, c’est une réalité! C’est donc un témoignage très intéressant et de bons conseils aussi que tu donnes aux parents.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire Natie! C’est vrai que l’on entend plus souvent parler du burn out professionnel, mais ce serait oblitérer la « deuxième vie » que nous avons en tant que parents après le travail^^ et ce travail-là est tout aussi difficile et ardu qu’un emploi « normal » (voir plus même!). Je te remercie pour ton soutien 🙂 Passe une bonne journée!

      J'aime

    1. Avec plaisir! Oui, il faut être partout au top et on finit par s’épuiser! Il faudrait être épanoui, svelte, sportif, super parents, méga bosseur, bref! On ne peut faire que ce qui est humainement possible! Merci à toi d’être passée 🙂 Bonne journée!

      J'aime

  9. Un super article…C’est pas évident tous les jours d’élever un enfant. Tu donnes d’excellents conseils. C’est vrai que c’est super important d’en parler, pas facile car c’est un sujet tabou, et de prendre du temps pour soi…Je n’ai pas fait de burn out parental mais il m’est arrivé d’être vraiment épuisée et à fleur de peau…Avec l’école, on retrouve un peu de temps pour soi (ouf! :-D)

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton soutien Enaëlle 🙂 Oui, ce n’est pas toujours facile de gérer les émotions des petits et protéger les nôtres en même temps! Je me dis aussi que l’entrée à l’école lui fera du bien 🙂 Bonne journée!

      J'aime

  10. Ahlala, pas simple d’être maman ! merci pour ses judicieux conseils ! en effet, ce n’est pas simple parfois de gérer ses emotions et on n’est pas toujours aussi disponibles mentalement qu’on souhaiterait l’être pour ses enfants (entre le boulot, les pb perso et autres, difficile parfois d’être d’humeur égale pour les enfants…)

    Aimé par 1 personne

    1. Oui! C’est un savant bouillon que l’on essaie en permanence de maintenir à la bonne température^^ parfois ça brûle un peu mais il faut dire que le métier de maman est vraiment intense!! Merci d’être passée 🙂

      J'aime

  11. Je comprends surtout le burn out professionnel puisque je n’ai pas encore d’enfant et c’est vrai que ça se ressent comme ça aussi. Merci pour cette expérience j’en prend note !

    Aimé par 1 personne

  12. Merci pour la sincérité de ton message. Je pense que l’on a toutes ressenti à un moment donné ce manque de patience, ce ras le bol. J’ai connu cela moi aussi l’an dernier après être resté seule avec mes 2 enfants à paris, dont un nouveau né pendant une année scolaire, mon mari ne rentrant que le week end car il venait d’être muté.

    Alors, sur le moment on gère car on n’a pas le choix et parceque l’on fait passer nos enfants avant soi. Et on tient, jusqu’au jour où l ‘on est tellement épuisé que l’on se demande comment on a fait pour tenir. Pour moi, cela est arrivé, au moment où je commençais à me faire aider par une nounou 2 demi journées par semaine… que toute la famille a été installée. J’étais vidée….Et bien, vraiment, sur les conseils de mes amies, j’ai lutté pour ne pas culpabiliser, pour prendre du temps pour moi, pour méditer. C’est très juste ce que tu dis et c’est à ce moment là que la médit a pris une vraie place. Aujourd’hui, pour rien au monde, je sacrifierai ces moments seule, où je suis bien avec moi même, avec mon blog, avec mes enfants. Par contre, c’est ce besoin de temps et la quarantaine qui font que je commence à faire le deuil d’un petit 3ème… du coup j’ai créé mon blog !!!

    Bises

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ce beau commentaire Sandra 🙂 ça n’a pas dû être facile en effet de devoir gérer tes deux enfants seule! Ma maman a fait pareil car mon papa était militaire et il partait parfois à l’étranger. C’est un lourd poids sur nos épaules de femmes, qui supportent déjà tant! Je te félicite d’avoir su trouver l’équilibre! Je fais aussi de la méditation le matin, mais j’avoue qu’à passer la journée avec mon fils qui ne va pas encore à l’école, ma patience et mes pensées zen s’effilochent souvent au cours de la journée! Merci en tout cas pour ton partage d’expérience 😀 Bises

      J'aime

Envie de me laisser un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s